LE GRAPHOTHERAPEUTE

LE GRAPHOTHERAPEUTE

Des difficultés d’écriture à la dysgraphie…

Des difficultés d’écriture touchent à des degrés plus ou moins importants de nombreux enfants, adolescents, adultes. Les difficultés peuvent être diverses. Les dyslexiques, dyspraxiques, les TDAH, tout comme les enfants précoces et les gauchers sont particulièrement concernés par ses troubles. L’écriture dysgraphique signifie que la difficulté s’inscrit dans la durée. L’importance et la sévérité du trouble doivent alors faire l’objet d’une prise en charge.

Le graphothérapeute et son champ d’action…

Il accompagne l’apprentissage et l’automatisation du geste scripteur pour que l’écriture puisse être fonctionnelle, ayant trouvé son point d’équilibre entre la lisibilité, la vitesse d’écriture, le coût physique et cognitif. Lors du bilan, il

  • évalue l’écriture à l’aide de tests étalonnés et la situe dans son évolution.
  • observe et examine l’écriture dans différentes tâches d’écriture
  • observe la posture et la tenue de l’instrument.
  • observe des domaines de sous-compétences qui sont impliqués dans l’apprentissage.
  • rédige un rapport dans lequel il émet les hypothèses expliquant les difficultés et les remédiations adaptées à la problématique rencontrée.

Le graphothérapeute et ses objectifs

  • Revisiter les conditions optimales pour bien écrire (posture et tenue de crayon)
  • Aider à mieux se concentrer et détendre son geste graphique
  • Dédramatisation des difficultés d’écriture
  • Accompagner la mise en œuvre de l’écriture, de son apprentissage à son automatisation
  • Retrouver le plaisir d’écrire
Graphothérapeute 78 Corinne Billon